Le Royal Beach, c’est l’immeuble navire amiral du luxueux boulevard Hennecart, à La Baule (Loire-Atlantique), face mer, au centre de la baie. Ici, un appartement de 66 mètres carrés, ça coûte une fortune. « Près de 600 000 € », avance Me Loïc Rajalu, avocat à Nantes.

Si c’est un avocat qui en parle, c’est qu’il y a un os. Car cet appartement, une femme de 90 ans, malade chronique du pancréas, a convenu de le vendre, en 2017, en viager (1).

Une de ses meilleures amies l’a mise en relation avec un potentiel acquéreur, un médecin. La propriétaire, âgée de 90 ans, a signé une promesse de vente le 23 août 2017 avec le médecin. Il devait payer un « bouquet » (un acompte) de 208 000 €. Puis elle aurait perçu, jusqu’à sa mort, une rente mensuelle de 3 000 € par mois, tout en gardant la jouissance de son appartement.

 

Propriétaire pour un peu plus de 200 000 €

Lire la suite

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Aenean commodo ligula eget dolor. Aenean massa. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus. Donec quam felis, ultricies nec, pellentesque eu, pretium quis, sem.

Nulla consequat massa quis enim. Donec pede justo, fringilla vel, aliquet nec, vulputate eget, arcu. In enim justo, rhoncus ut, imperdiet a, venenatis vitae, justo. Nullam dictum felis eu pede mollis pretium. Integer.

  • Donec posuere vulputate arcu.
  • Phasellus accumsan cursus velit.
  • Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae;
  • Sed aliquam, nisi quis porttitor congue

Lire la suite

La justice vient d’annuler une vente conclue en 2017 à La Baule entre une nonagénaire malade et un médecin.

C’est un peu l’histoire du film «Le viager» à l’envers, mais dans les deux cas cela se finit mal pour l’acheteur. À l’inverse du célèbre film de Pierre Tchernia où le vendeur survit à ses acheteurs, dans cette affaire qui s’est déroulée à La Baule, la vendeuse de 90 ans est décédée seulement 6 jours après avoir cédé en viager son appartement de 66 m² situé dans les quartiers les plus prisés de la ville. Les faits remontent à 2017, comme le rapporte le quotidien Ouest-France qui a suivi les rebondissements judiciaires de cette transaction.

Il se trouve que la vendeuse était malade du pancréas et que son logement du boulevard Hennecart avec vue sur la mer est situé dans l’un des secteurs les plus recherchés de la ville et vaudrait près de 600.000 euros selon l’avocat cité par Ouest France et qui représente les intérêts du fils de la vendeuse. Le site d’évaluation immobilière MeilleursAgents est un peu moins gourmand mais estime actuellement les prix à cette adresse entre 5000 et 10.000 euros avec un prix moyen à 6616 €/m². Mais il est vrai qu’avec sa vue mer, il se situe dans le haut de la fourchette et selon les données officielles du site DVF (Demandes de valeurs foncières), une vente en 2017 qui coïncinde en tout point avec ce logement (date, adresse, surface) s’était conclue avec une valorisation globale de 500.000 euros et on note d’autres transactions à 8000€/m² voire plus à cette adresse.

Trois hospitalisations entre la promesse et la vente

Lire la suite

Entries with this post type link to a different page with their headline. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Aenean commodo ligula eget dolor.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Aenean commodo ligula eget dolor. Aenean massa. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus. Donec quam felis, ultricies nec, pellentesque eu, pretium quis, sem.

Nulla consequat massa quis enim. Donec pede justo, fringilla vel, aliquet nec, vulputate eget, arcu. In enim justo, rhoncus ut, imperdiet a, venenatis vitae, justo. Nullam dictum felis eu pede mollis pretium. Integer tincidunt. Cras dapibus. Vivamus elementum semper nisi. Aenean vulputate eleifend tellus. Aenean leo ligula, porttitor eu, consequat vitae, eleifend ac, enim.

Lire la suite